A la croisée du FinOps et de l’optimisation des ressources, le cloud management accompagne désormais les DSI dans leur volonté de mieux piloter la transformation digitale. Comment choisir parmi les solutions du marché et quelles économies en tirer ?

Echange avec Sylvain Le Roux, consultant senior chez Lucernys et spécialiste du cloud management.

Comment FinOps et cloud management s’articulent-ils, selon vous, dans l’organisation ?

Sylvain Le Roux : Le FinOps est une démarche de contrôle sur les dépenses liées aux infrastructures IT. Il a un impact sur la gouvernance des coûts, et sur les décisions des stratégies de déploiement des infrastructures.

Le cloud management est une démarche qui rassemble le FinOps et l’utilisation des ressources. Elle s’intéresse au bon calibrage entre les ressources cloud achetées et les ressources réellement utilisées ; elle vise un rapport optimal entre ces deux notions.

En donnant une visibilité sur l’utilisation réelle des ressources, le cloud management évalue la compatibilité de l’infrastructure installée avec les besoins de l’entreprise. Le cloud management garantit un audit précis d’une situation, en apportant une vision à 360 degrés sur l’infrastructure. Il facilite l’établissement d’un budget prévisionnel pouvant couvrir les services cloud d’une période future.

Qu’est-ce qu’un outil de cloud management ?

Un outil de cloud management vient se connecter à une infrastructure cloud pour collecter des métriques liées à des services – puissance de calcul, espace de stockage, base de données, etc.

Toutes ces données sont compilées pour les présenter dans des tableaux ou graphiques exploitables et établir des analyses ainsi que des prévisions.

Le cloud management vise à maîtriser son infrastructure et à se projeter sur celle de demain.

Ces analyses ont trois vocations principales :

  • Piloter les usages et coûts des différents services.
    Cela permet d’identifier d’éventuelles anomalies – pic de consommation, surconsommation ou services non utilisés.
  • Dimensionner l’infrastructure
    Proposer du RightSizing des ressources en fonction des besoins réels
  • Générer une économie de coûts

A qui s’adresse ces solutions de cloud management ?

A partir d’environ 1M € de dépenses cloud annuelles, un suivi rigoureux et méthodique de la consommation cloud peut générer des gains financiers significatifs. Ces économies potentielles justifient largement les investissements dans ce type de service. En plus des gains potentiels de fonctionnalité et de réactivité de l’infrastructure, l’implémentation d’une solution de cloud management peut générer des fortes économies, de l’ordre de 15%.

Des économies potentielles de l’ordre de 15% grâce au cloud management.

Alors que les enjeux de maîtrise du cloud sont clairement stratégiques pour la DSI, nous constatons pourtant un faible taux d’équipement dans les organisations.

Au cours des prochaines années, la croissance du cloud management devrait accompagner le développement massif du cloud dans toutes les organisations.

Comment choisir la meilleure solution de cloud management ?

Il y a énormément d’innovations et de mouvements dans l’univers du cloud auxquels les solutions de cloud management doivent s’adapter. C’est pourquoi, nous sommes très attentifs à l’évolution des acteurs du cloud. Nous avons identifié et analysé une quinzaine d’outils de cloud management, comme CloudHealth, Right Scale, Turbonomic ou CloudCheckr par exemple.

Au fil des missions, nous choisissons l’outil que nous estimons être le meilleur pour un usage donné, à un moment donné. Bien sûr, il ne s’agit que d’un outil. Après leur collecte, le travail sur les données est crucial pour la réussite d’une mission. La valeur d’une mission repose d’abord sur cette phase d’analyse.

L’intégration de ces outils est-elle complexe ?

L’implication de la DSI pour la mise en place de ces solutions est assez légère. La collecte des données cloud nécessite la création d’une application sur l’infrastructure autorisant la lecture de certaines données d’utilisation et de facturation. Cette application sera connectée à la plateforme de cloud management via une API.

Suite à cette installation, la ventilation des coûts en fonction des tags peut être exécutée en continu. Pour que la ventilation soit pertinente, le taggage des ressources doit être exhaustif et réalisé de façon pertinente en amont.

Encore une fois, l’installation d’un outil de cloud management présente peu d’intérêt si elle n’est pas couplée à un travail d’analyse de la donnée. En effet, seule l’interprétation des données peut permettre d’identifier les anomalies, les incohérences, de donner le niveau de consommation pour chaque service/ressource et son suivi.

Une perception aiguë de la consommation cloud est bénéfique au pilotage de toute l’infrastructure de l’entreprise.

Le multicloud pose-t-il des difficultés pour la collecte des données ?

Dans l’ensemble, les solutions du marché prennent en compte le multicloud public de façon très complète. Elles se connectent aux clouds publics type AWS, Azure ou GCP (Google Cloud Plaform). Désormais, certaines solutions peuvent également être connectées à un Data Center ou à un cloud privé fonctionnant sous VMware ou Hyper-V.

Quel est le mode de facturation des solutions de cloud management ?

Les solutions facturent un pourcentage des dépenses cloud mensuelles, généralement entre 2% et 4%.

Quelles sont les dernières évolutions de ces outils ?

Dans l’ensemble, les solutions visent à promettre à la DSI un potentiel redimensionnement d’une infrastructure à travers une visualisation globale, accessible pour l’ensemble des clouds. Elle permettent également d’effectuer une projection sur la réservation de ressources pour une diminution des coûts.

Donner accès à la gouvernance du cloud : un objectif central du cloud management.

Désormais, certaines solutions permettent également d’évaluer le coût de basculement dans les différents clouds publics – AWS, Azure ou GCP – en intégrant préalablement un redimensionnement de l’infrastructure IT en fonction des besoins.

Nous estimons que cette proposition d’évaluation est une promesse forte et pertinente.
Elle devrait intéresser de nombreuses organisations.

Lucernys possède des certifications de plusieurs niveaux : Administrateur sur des plateformes de cloud management, Architecte de solutions cloud.