Aujourd’hui, près des deux tiers des salariés sont  mobiles et à l’horizon 2030, la moitié travaillera à distance. Désormais, le bureau se déplace avec le collaborateur. En effet, sous l’impulsion du numérique, l’environnement de travail évolue. En mobilité, pour être au plus près de ses clients, en flex office ou en travail à distance… l’employé doit pouvoir accéder de manière simple et sécurisée à ses ressources n’importe quand, n’importe où et sur n’importe quel terminal. L’entreprise s’est mise à l’heure de l’ATAWAD – anytime, anywhere, any device. En ce sens, la digital workplace concentre l’ensemble des moyens d’accès au système d’information (SI) et de collaboration sans distinction de lieu et d’équipement utilisateur. 

Des enjeux multiples à adresser

La digital workplace fait tomber les murs de l’entreprise pour faciliter le partage de données et d’applications entre les différentes parties prenantes, internes comme externes, dans le cadre d’une entreprise désormais « étendue » dont les usages peuvent évoluer rapidement.

Les défis à relever pour atteindre cet objectif ultime sont multiples et concernent tant les applicatifs de collaboration (chat, voix, vidéo, partage documentaire, …), que l’accessibilité aux données et aux applications, mais également l’exploitation et la sécurisation des solutions ou encore l’agilité, dans une logique de réduction du time-to-market vis-à-vis de nouveaux besoins ou usages.

Les vecteurs de digitalisation de l’espace de travail

  • Le réseau

Pour satisfaire ces enjeux, les vecteurs de digitalisation sont nombreux à commencer par le réseau lui-même, un réseau agile en support du nomadisme pour rendre facilement accessible le SI de l’entreprise depuis n’importe où, n’importe quand. Sans réseau, rien n’est possible !

  • Les suites collaboratives

La collaboration est centrale dans l’entreprise mobile, agile et étendue. Désormais, finis les silos et place à un espace de travail ouvert, en interne mais aussi vers l’écosystème extérieur (fournisseurs, partenaires, prestataires…). Les outils de collaboration s’imposent alors comme l’un des piliers de la transformation de l’entreprise et sont plébiscités par près de 60 % des collaborateurs eux-mêmes ! (Étude Scholè Marketing, octobre 2017)  Parmi leurs avantages : ils sont nativement ATAWAD. 

  • La virtualisation

La virtualisation des applications, voire des postes de travail, permet de réduire significativement l’adhérence matérielle / logicielle et de favoriser tant l’agilité que l’accès « any device » aux données et applications, y compris legacy. La virtualisation concourt en outre significativement à la simplification de l’exploitation de la digital workplace mais également à sa sécurisation.

  • Les solutions d’exploitation 

Au sein de la digital workplace, les solutions s’apparentent davantage à du Mobile Device Management ou à de l’Enterprise Mobility Management capables de gérer simplement l’exploitation et la sécurité de l’ensemble des équipements depuis une seule et même plateforme. 

  • Les terminaux

Dans la digital workplace comme pour tout projet IT, la réponse universelle n’existe pas. L’enjeu premier est donc de connaître les besoins précis selon chaque profil utilisateur et les objectifs fixés. C’est pourquoi chaque environnement de travail varie non seulement selon l’entreprise mais aussi selon les collaborateurs. Le catalogue de terminaux proposées doit alors être suffisamment riche pour répondre efficacement aux besoins des différentes populations utilisatrices (postes fixes, portables, terminaux légers, tablettes, smartphones…). 

Les étapes clés de la métamorphose digitale

La digitalisation de l’espace de travail implique de disposer, en amont, d’une vue complète de l’ensemble des « populations » de l’entreprise, et de son écosystème, ainsi que de leurs besoins spécifiques. Un projet de digital workplace se construit donc autour de 2 phases majeures :

  • La cartographie de l’existant, des besoins et des enjeux : le cœur du projet car elle va permettre de recueillir les besoins précis, de caractériser les enjeux principaux et de déterminer le schéma directeur à adopter. 
  • L’étude d’opportunité : l’analyse détaillée des éléments récoltés va alors favoriser l’élaboration d’un diagnostic de situation et la proposition de recommandations adaptées à chaque population d’utilisateurs. 

Dès lors, il est possible de procéder aux appels d’offres et de mettre en œuvre les solutions adéquates. La digital workplace représente le 1er élément « visible » de la modernisation des entreprises. Un élément différenciateur majeur dans le recrutement et l’engagement des collaborateurs, 80 % des candidats estimant que le numérique et la mobilité ont un impact positif sur leur motivation (source Edenred-Ipsos de 2015)!

Un accompagnement éclairé de bout en bout est crucial pour établir et implémenter une stratégie de digital workplace. C’est la mission de LUCERNYS, depuis la diversification des terminaux, jusqu’à la virtualisation des postes de de travail, et à l’évolution vers les solutions Saas.
Pour en savoir plus.