Des origines à la pratique, petit tour d’horizon de l’agilité, telle que nous la concevons chez Lucernys. Une entrée en matière dans la culture Agile, au cœur de la transformation digitale.

Les pratiques Agiles deviennent quasiment incontournables pour toute entreprise ayant la volonté ferme de se transformer et de se moderniser afin de répondre aux attentes du marché.
S’il est indiscutable que l’Agile et ses différentes pratiques sont un effet de mode depuis plusieurs années, une question préalable doit être posée par tout dirigeant d’entreprise ou de département qui souhaiterait, à son tour, prendre le train en marche vers de nouvelles pratiques et en faire profiter ses collaborateurs :

Pourquoi travailler en Agile ?

Comme toute pratique, la culture Agile (préférée à la dénomination communément utilisée – et sujette à débat – de « méthode Agile ») est introduite en entreprise pour répondre à diverses problématiques, qui sont résumées en quatre points majeurs :

  • S’émanciper du mythe des spécifications complètes et figées – Répondre au changement et adapter son besoin à court terme si nécessaire
  • Avoir la possibilité de gérer efficacement des projets complexes, dont on ne connaît pas encore les tenants et les aboutissants, via des pratiques itératives et incrémentales
  • Éviter d’intégrer dans les produits des fonctionnalités inutiles grâce à une boucle de feedback rapide
  • Mettre l’utilisateur au centre de vos réflexions et comprendre son besoin

Le cœur de cette culture, de cet état d’esprit (le fameux « Mindset Agile ») est très bien résumé dans le Manifeste Agile original, rédigé en 2001 par un groupe de 17 chefs d’entreprise ou responsables venant de différents pays.

Vous trouverez les quatre valeurs et les douze principes de l’Agile en suivant le lien suivant : http://agilemanifesto.org/

Rédigé à l’origine pour répondre aux problématiques liées au développement de logiciel, il s’est aujourd’hui étendu à un ensemble plus vaste : les solutions (http://manifesteagile.fr/index.html). L’Agile ne s’arrête donc plus seulement aux développements informatiques, et peut être adapté au marketing ou à tout ce qui pourrait être concerné par les quatre points cités plus haut.

Remarque : si l’Agile peut s’appliquer dans de nombreux domaines aujourd’hui, ce n’est pas compatible avec tout, d’où l’importance de bien comprendre les problématiques que l’on souhaite résoudre.

Le Mindset Agile peut être représenté visuellement de la manière suivante :

Il est indispensable de bien comprendre en quoi consiste cet état d’esprit avant de mettre en place des cadres de travail Agiles, ou frameworks.

Selon vos besoins, vous pourrez adopter l’Agile et ses pratiques pour une petite équipe de dix personnes, pour un département ou mieux encore, à l’échelle de votre organisation.

Différents frameworks et pratiques Agiles ont été pensés et mis au point au fil des ans et des expériences vécues par vos pairs et prédécesseurs pour répondre à leurs attentes.

Scrum (https://www.scrum.org/) et SAFe (https://www.scaledagileframework.com/) sont aujourd’hui deux frameworks parmi les plus connus et les plus utilisés, mais ils ne sont ni exclusifs, ni exhaustifs.

Le framework Scrum

Bien que ses contours aient été définis en 1995 pour la première fois, le Scrum Guide a été écrit en 2011 puis adapté au fur et à mesure de l’évolution des pratiques. Sa dernière version date de fin 2020. Elle est consultable à cette adresse : https://www.scrumguides.org/scrum-guide.html

Il repose sur 3 piliers et 5 valeurs …

Les 3 piliers

• La transparence : facteur clé de succès, la transparence est au cœur de la démarche : donner accès aux informations basées sur un langage et des définitions communs. L’équipe doit avoir une vision claire et partagée permettant de valider collectivement les étapes.
• L’inspection : l’équipe doit se consulter en permanence pour détecter les écarts entre l’objectif de l’itération et le travail réalisé (daily scrum, sprint review, sprint retrospective).
• L’adaptation : si des écarts sont constatés, un ajustement doit être entrepris.

Les 5 valeurs

Bien qu’elles n’aient pas été inventées pas Scrum, ces valeurs sont là pour donner un sens et une direction à notre travail, notre comportement et nos actions. Toutes les pratiques et tous les choix liés à Scrum devraient renforcer ces notions, et non les ébranler.

Courage : les membres de l’équipe Scrum ont le courage d’assumer leurs choix – de savoir dire non – et de tenir le cap avec entraide malgré les écueils.
Engagement : cette valeur est affaire de dévouement des membres de l’équipe au projet. Chacun est dévoué à son travail et à l’effort qu’il devra fournir. Une mauvaise interprétation serait de croire qu’il s’agit d’un engagement de résultat.
Focus : tous doivent se concentrer sur les travaux du sprint en cours lors de l’itération et être imperméables aux autres sollicitations.
Ouverture : l’empirisme de Scrum nécessite de la transparence. On souhaite inspecter le travail réalisé afin de l’améliorer continuellement. Pour cela, il faut être ouvert à propos de son travail, des progrès à réaliser, des apprentissages auprès d’autrui et des challenges que tout projet est amené à relever.
Respect : l’équipe Scrum respecte chacun des contributeurs. Ce qui implique d’assumer collectivement les succès comme les échecs.

Vous trouverez une explication plus approfondie et complète des valeurs de Scrum à l’adresse suivante (article en anglais) : https://guntherverheyen.com/2013/05/03/theres-value-in-the-scrum-values/

Le cycle Scrum

Il se répète toutes les 2 à 4 semaines, à chaque sprint

Scrum est un framework simple, compatible avec une équipe de dix personnes ou moins, qui peut aisément être mis en place. Il se résume de la manière suivante :
3 rôles : scrum master, product owner, développeur
5 cérémonies (ou événements) : le sprint, le sprint planning, les daily scrums, le sprint review et la rétrospective
3 artéfacts associés à 3 commitments (ou livrables) :

    • le backlog produit (ou product backlog) > Commitment : L’objectif du produit (Product Goal)
    • le backlog du sprint (ou sprint backlog) > Commitment : L’objectif du Sprint (Sprint Goal)
    • l’incrément > Commitment : Definition of Done

Pour plus de détails sur le framework et ses notions, n’hésitez pas à consulter le dernier Guide Scrum dont le lien est fourni plus haut.

C’est un framework idéal si vous souhaitez débuter dans l’Agile sans enclencher de transformation de grande ampleur.

Le cycle peut être représenté de la manière suivante :

Néanmoins, quand le projet devient trop gros et doit embarquer plusieurs autres équipes avec des efforts de synchronisation important, il est encouragé de passer à un framework à l’échelle. En effet ces cadres sont pensés pour embarquer jusqu’à des centaines de personnes et intègrent les pratiques de Scrum.

Le Scaled Agile Framework

SAFe est aujourd’hui l’un des frameworks les plus utilisés mondialement pour encadrer des pratiques d’agilité à l’échelle d’une entreprise. Dès qu’un projet implique plusieurs dizaines de personnes, qu’elles doivent se synchroniser pour livrer des solutions dépendantes les unes des autres, le tout à un rythme régulier… c’est un framework à prendre en considération.


Il a été conçu pour faire coïncider une rapidité d’innovation et de livraison avec la stabilité apportée par une hiérarchie fonctionnelle, telle qu’elle existe aujourd’hui dans la plupart des contextes.

Grâce à la SAFe implementation roadmap, vous aurez toutes les données à votre disposition pour former vos équipes dirigeantes, métier et opérationnelles. Vous pourrez implémenter vos premières équipes : les trains Agiles (Agile release train) reposant sur des chaines de valeurs clés identifiées au préalable.

Au-delà de l’accompagnement stratégique, LUCERNYS s’implique à vos côtés dans sa mise en pratique au jour le jour, à travers ses équipes de consultants, formateurs et de coachs Agiles, afin de faire de cette métamorphose un succès !